Loi travail? Chapeau bas à M. Gérard Filoche !

Posted: 24th marzo 2016 by rivincitasociale in Lavoro, Textes en français
Commenti disabilitati su Loi travail? Chapeau bas à M. Gérard Filoche !

Toutes les étudiantes et tous les étudiants ainsi que tous les membres de la force de travail active et inactive devraient visionner ces deux courtes vidéos.

https://www youtube.com/watch?v=yPTNUoX3pjM (11:52 mn)

https://www.youtube.com/watch?v=rWTFUPFVwtE (9:30 mn)

Ajoutons ceci :

« En discourant de la supériorité de la démocratie socialiste Oskar Lange se préoccupait surtout de réfuter les accusations de von Mises et d’Hayek (Road to serfdom ainsi les autres arguments démagogiques et creux de cet ordre.) Lippincott synthétise ainsi son argument :

« Si l’égalité est une caractéristique fondamentale de la démocratie, il en va de même de la liberté. Dans ce domaine également une économie socialiste s’avère être en plus grande harmonie avec la démocratie qu’une économie capitaliste. Car du fait d’une distribution plus égalitaire des revenus, la liberté de choix des consommateurs sera plus libre. Alors que dans une économie capitaliste plusieurs doivent choisir entre un manteau et une paire de souliers, dans une économie socialiste la plupart pourront choisir entre une radio et un téléphone.

On rétorquera sans aucun doute que la propriété publique d’une grande partie de l’industrie ouvre la voie à la dictature. Le corolaire de cet argument voudrait que la propriété privée soit un rempart contre la tyrannie. La critique spontanée de ces arguments pointera certainement au fait que la forme de propriété en elle-même, qu’elle soit publique ou privée, ne saurait promouvoir ni empêcher la liberté. Ce qui est crucial est le caractère de l’autorité en charge de l’administration, ou bien la façon dont l’exercice de cette autorité est contrôlée.

(…)

Aujourd’hui s’il est un lieu où cette tyrannie prévaut c’est bien au sein des Etats démocratiques dans lesquels prévaut la propriété privée de l’industrie. Là le pouvoir est exercé de manière autocratique et sans état d’âme. Il est vrai que la propriété privée des moyens de production empêchera que le gouvernement ne tyrannise l’industrie ; en même temps, elle permet à l’industrie de dominer le gouvernement et de tyranniser les ouvriers. Du fait de cet état de choses, la propriété gouvernementale des industries essentielles mises en place par un gouvernement démocratique offrira le moyen de supprimer l’autocratie au sein de l’industrie. » (Op. cité, 32-33. C’est moi qui traduis.)

L’argumentaire de Lange porte ensuite sur l’autorité administrative – la bureaucratie. Elle se doit d’être responsable et de s’en assurer en institutionnalisant la consultation entre le management et les travailleurs :

« Une industrie socialisée travaillerait sous l’oeil du public qui aurait accès aux documents. Il est peu d’autres mesures à même comme celle-ci pour assurer la responsabilisation des diverses instances. Là où l’industrie est publique, les mesures relevant du calcul économique, toutes approximatives qu’elles puissent être, sont réellement possibles. Ceci assurerait l’efficacité ainsi que la responsabilité. » (idem p 34)

Lange ajoute que ceci mènerait à une réelle méritocratie dans le cadre de l’égalité salariale en lieu et place de la pseudo-méritocratie bourgeoise. »  cité dans :« LE SOCIALISME MARGINALISTE OU COMMENT S’ENCHAINER SOI-MÊME DANS LA CAVERNE CAPITALISTE » dans http://www.la-commune-paraclet.com/EPIFrame1Source1.htm#epi

Paul De Marco, SGF 24 mars 2016.

Comments are closed.